L'anarchie humaniste de JIHEL.

 

Je ne suis pas artiste, encore moins écrivain, je ne suis pas célèbre et je n'ai pas du tout envie de l'être, je n'ai pas de page Facebook ni de compte twitter donc je ne suis pas normal, je n'ai pas de montre mais le temps passe tout de même, je n'ai pas de téléphone portable ni internet et ça ne me gêne pas le moins du monde.

Par contre dans mon chez moi de chez les autres j'ai une bibliothèque, oui, oui, je sais ça devient rare, j'aime les livres et le papier, j'aime les objets, j'aime le réel, le vrai, ce que je touche, attention je ne suis pas collectionneur, je suis un passeur (J'ai du lire cette phrase quelque part...SIC.), je conserve, restaure à mes heures, pour ce temps qui m'échappera un jour prochain, oui je suis malade d'une maladie que l'on ne sait pas soigner, pas encore, j'ai trente huit ans.

Mais pourquoi je vous raconte ça, ce n'est pas votre problème, c'est le mien, mon propos est ailleurs, mon propos c'est Jihel.

J'ai été contacté pour livrer un article sur un artiste que j'ai découvert il y a environ dix ans lors des journées libertaires de Barcelone, j'ai passé trois heures devant les panneaux d'exposition m'invitant à pénétrer l'univers de cet artiste. Je suis rentré dans ses œuvres tellement profond que son angoisse est devenue la mienne. Depuis je suis cet artiste grâce à des amis collectionneurs, j'achète aussi suivant mes moyens chez les bouquinistes du bord de Seine. Je possède un bel assortiment de dessins publiés en cartes postales, des dessins noir et blanc de la période bénie, ces années de libertés sensuelles, les années 70. Je possède (Que je n'aime pas ce mot) aussi des cartes dites "prestige" réalisées entièrement à la main mais aussi des dessins sérigraphiés.

Beaucoup de controverses, de ragots, beaucoup de langues indécises qui sous-estiment le message ou plus simplement ne le comprennent pas, il y a dans les traits d'humour de Jihel la passion de la vraie liberté, l'amour des mots traduisent chez lui un grand esprit libertaire, tout  part de l'anarchie pour se transformer en satire, humour ou caricature.

Cet artiste est un séducteur, non pas comme vous le pensez, encore que... oui, enfin non, c'est un créateur rare qui a su mêler sa vie à son art, un de ces artistes qui font la route avec vous et ne vous lâche plus.

Vous l'avez compris je suis anar comme le signe si bien Jihel dans son logo-signature.

Antonio Gaudi-Fai.

Jihel l'alchimiste.

 

Depuis de nombreuses années maintenant, l'artiste nous donne de la couleur, essais de couleur, dessins dits "série Prestige" et ces sérigraphies où les vermillons stridents se battent avec les traits noirs profonds dans une explosion cosmique. Il y a de la violence dans ces couleurs libérées, une violence à l'image du créateur. Une balance bien orchestrée avec cette multitude de dessins noir et blanc que tout le monde connaît.

La création on le voit, surgit d'un fond manipulé où résonnent des trames de poésie, fonds préparés ou récupérés, peu importe, mais cette base est importante car il faut calculer la place des éléments à venir, le texte et la signature. Les taches lactées, particules de couleur agissent en trompe l'œil comme oubliées du dessin, elles sont ces nébuleuses qui donnent de la profondeur à l'image.

Il n'y a pas de perspective à saisir, juste des contrastes savants qui forment un langage abstrait riche de symboles et de signes divers, ces dessins sont l'émanation d'un esprit volcanique, il faudra du temps pour déchiffrer ces textes souvent imprévus où se côtoient des personnages célèbres, politiques, chanteurs etc avec des personnages inconnus qui débarquent sans crier gare par la bonne volonté de l'artiste, il faudra du temps et de longues recherches pour s'approprier la pensée du créateur. Ces personnages inconnus du grand public sont ses amis ou l'étaient pour certains, on retrouve pèle mêle un prétendu artiste de l'autre bout du monde, un chercheur passionné de Talleyrand, des collectionneurs, un chanteur de rue, une dame de petite vertu,  etc etc...

Jihel est à ce point insaisissable que même ces biographies officielles divergent et ne nous révèlent que très peu de choses sur ce créateur hors du commun, mais est-ce important ? je trouve anecdotique de connaître sa vie, son passé ou son présent, son orientation politique ou le nombre de ses enfants,  tout est là sous nos yeux, il faut lire, relire, explorer, tout est là et à un point indéfinissable car on perçoit bien mot après mot, dessin après dessin que ce carrousel  de créations est pour lui un exutoire.

 

Lise Madéras

Les anarchistes - LEO FERRE
00:00 / 00:00

LOUISE MICHEL 

LES HOMMES QUI ONT MARQUE L'HISTOIRE 

2016 : Jihel créé par Janick Jacquet 

  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
Ferré (3)