BEBERT 

Bébert, un escargot dans le tourbillon des étoiles ou la dialectique de l'escargot selon JIHEL

 Il y a plus de deux mille ans, les 12 apôtres d'un certain Jésus ont initié un grand mouvement spirituel auxquels ont adhéré des millions de fidèles qui tous, tels des moutons, ne s'en remettent qu'à un Dieu qui serait leur berger.

 Croyez-vous possible, en ce monde tourmenté par une politique de l'injustice, le capitalisme, le terrorisme, le réchauffement climatique et autres cataclysmes, que ce Seigneur, dans son infinie miséricorde, soit réellement conscient de la gravité des dangers qui nous assaillent ? Deux mille ans et pas un mot d'indignation, zéro courrier de protestation ni la moindre manif !!! Je ne sais pas pour vous mais pour moi cela tient plus de la supercherie que de la spiritualité. Dans ces conditions, est-il concevable de penser que prier peut être une solution aux problèmes ?

 

 NON !!! bien sûr que non, alors qu'un p'tit Sancerre ... et hop ! le tour est joué.

 

 Vous l'aurez compris cette entrée en matière ne visait qu'à suggérer qu'il ne faudrait pas appréhender les choses telles qu'on veut bien nous les montrer, mais plutôt telles qu'on les perçoit soi-même et c'est donc ainsi, à la lumière du reflet de ses propres observations, que naquît, sous la palette de JIHEL, le personnage de Bébert, un "arsouille" complètement désinhibé, doté d'un esprit subversif, doublé d'une étonnante capacité à dynamiter le superflu et capable, si besoin était, en bon bourguignon, de sortir de sa coquille et de montrer les cornes. Sorte de réfèrent universel à usage collectif, Bébert se fond dans le décor s'asseyant allègrement sur les principes les plus élémentaires du politiquement correct et de la bienséance en société pour déboulonner les intrigues, débusquer les lézards, malaxer les idées reçues mais surtout pour chambouler l'ordre établi.

Se jouant du regard d'autrui , tout en exhibant son image charismatique et s'adaptant aisément à toutes les situations, ce sympathique Bébert n'en finit pas non plus de nous éclabousser de son vocabulaire rural pour décoincer le bulbe de notre appareil à réflexion. Et, parce qu'il y a en chacun de nous un petit Bébert qui sommeille, Jihel, en le mettant en scène, de façon spontanée et sans retenue, initie subtilement une sorte de processus de dévoilement de la face qui immanquablement nous conduit, intuitivement, au travers de ses facéties, à fonder puis formuler notre propre opinion.

 Ce savant mélange alambiqué des différentes cultures extirpées tant des salles de bistrots, de la vox populi que de l'imagination Jihelienne, confère à ce personnage incontournable une notoriété débridée auréolée de divine majesté et à n'en point douter, un statut de guide spiritueux.

 Le monde va mal, c'est vrai, mais quand y'a Bébert... ça va mieux...

Patrice DUDRAGNE, Directeur artistique Infographie, DIJON

2016 : Jihel créé par Janick Jacquet 

  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
52