Les maximes de Jihel, espace et temps



On a dit beaucoup de choses fausses sur Jihel et même plus encore. Commencer mon article ainsi me permettra de ne pas en dire, ou du moins très peu, enfin le moins possible.

Cet artiste peu ordinaire qui sait varier à l'infini son esprit me fait penser à un poète perdu dans une époque qui n'est pas la sienne, pourtant en sautant de caricatures en œuvres d'arts, de sérigraphies d'hommage en pensées multiples, on trouve un homme un peu fou mais oh combien réaliste. Dessins symboliques où le texte trouve toujours une importance capitale, il a su capter par ses écrits la trame de l'art et des mots, ses pensées, certains appellent cela des maximes, soit, ses pensées-maximes ont la fulgurance d'un photographe d'ombres et de lumières. Auteur de plusieurs séries à texte, je reste admiratif devant ce support réfléchissant, les titres d'ailleurs ne livrent aucun message, tout se déroule dans des phrases qui brouillent les cartes comme pour nous indiquer une route à suivre, pas unique d'ailleurs, mais ouverte et plurielle.

Jihel est très connu pour ses dessins de presse, l'actu comme on dit, beaucoup moins pour ses textes, pourtant je suis certain que c'est ce qu'il restera, qui se souviendra de cet obscur ministre de Mitterrand, de cette affaire sans éclat sous Sarkozy, qui ? Il faudra aller chercher et chercher pour souvent un résultat médiocre, bien sur dans l'instant c'est amusant surtout vu par l'œil de cet artiste caustique, mais le temps en fera un journal jauni. Bien entendu ce jugement n'enlève en rien le talent de l'observateur attentif qu'il est à la politique mondiale, il n'a fait que prolonger dans le dessin son ancien métier de journaliste de l'écrit.

Alors il reste les textes sur l'art, la philosophie, la sexualité, l'anarchie, etc, des textes longs ou courts, des extraits, c'est selon, les présentations sont diverses, texte à la main sur de très grandes séries ou des encarts sérigraphiés en très petit nombre.

Il y a dans ces écrits le regard d'un artiste qui sait prolonger ses pensées par sa palette de couleurs, l'œil est attiré par une réalité figurative, on se laisse déborder par les mots, c'est voulu, il cherche avec opiniâtreté une harmonie parallèle à cette dite réalité. Ils sont rares ces artistes qui se sont à ce point engagés dans la voie d'une transcription du visible tout en jouant de l'intellect sur notre sensibilité.

Ces maximes trouvent là par cette attention du percevoir un sentiment d'éternité. 
 

Thomas KYLE

Collectionneur de mots. 

2016 : Jihel créé par Janick Jacquet 

  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
Antisémite